Quels sont les différents types de cyberdépendance ?

La 5ème édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, mieux connu sous le nom de DSM-5, ne présente aucune définition ni aucune description de l’usage problématique d’Internet. Le DSM-5 a toutefois modifié la classification pour les dépendances. On y retrouve maintenant les Troubles liés aux substances (ex. alcool, drogues, tabac, etc.) et les Troubles addictifs, que l’on appelle fréquemment les addictions comportementales. À l’heure actuelle, le seul trouble reconnu parmi les Troubles addictifs est le Jeu pathologique (Gambling disorder). Dans la section des troubles à l’étude pour les futures éditions du DSM, on y retrouve toutefois l’Usage pathologique des jeux vidéo sur Internet (Internet Gaming Disorder).

La littérature scientifique permet cependant d’énoncer que la cyberdépendance peut se manifester à travers plusieurs applications en ligne. Voici donc une description des différents types de cyberdépendance (Young, s. d.; Young et al., 2000; APA, 2013).

sexActivités sexuelles en ligne

La cyberdépendance en lien avec les activités sexuelles serait la forme la plus commune. Cette catégorie renferme le cybersexe de même que l’échange, le visionnement et le téléchargement de matériel pornographique, soit la cyberpornographie. L’individu peut consacrer un nombre d’heures significatif à :

  • Rechercher de la pornographie ou des partenaires sexuels en ligne;
  • Se préoccuper par rapport à la recherche de partenaires sexuels en ligne;
  • Avoir des comportements masturbatoires durant les périodes de connexion, de clavardage ou de communication par webcam.

L’individu peut aussi en venir à privilégier les activités sexuelles en ligne au détriment de la relation de couple ou des activités sexuelles avec le partenaire réel.

facebookCyberrelations et médias sociaux

Les cyberrelations comportent un aspect interactif et réfèrent aux rencontres, aux échanges et aux relations développées ou maintenues par le biais d’Internet ou des nouvelles technologies. Elles concernent notamment les sites de rencontres, de réseautage (p. ex. Facebook, Twitter, Instagram, SnapChat, etc.), le clavardage (par exemple, textos via messagerie mobile, MSN Messenger, etc.), les échanges par courriel et même les rencontres amoureuses en ligne.

L’individu peut en venir à prioriser les cyberrelations plutôt que de mettre l’accent sur les relations sociales et familiales présentes dans la vie réelle.

Jeux vidéoillustration-1736462_1280

Le DSM-5 décrit l’Usage pathologique des jeux vidéo sur Internet comme « une utilisation persistante et répétée d’Internet pour pratiquer des jeux, souvent avec d’autres joueurs, conduisant à une altération du fonctionnement ou une détresse cliniquement significative ». Les symptômes se traduisent par :

  • une préoccupation face aux jeux en ligne;
  • des symptômes de sevrage (ex. irritabilité, anxiété, tristesse quand l’accès au jeu est impossible);
  • une tolérance (c.-à-d., le besoin de consacrer de plus en plus de temps aux jeux en ligne);
  • des tentatives infructueuses pour contrôler l’utilisation;
  • des mensonges à l’entourage à propos de son usage (ex. temps passé à jouer);
  • une perte d’intérêt ou une réduction des activités, passe-temps ou divertissements hors ligne;
  • le maintien d’une utilisation excessive malgré les conséquences;
  • une utilisation pour échapper aux difficultés ou pour soulager une souffrance (ex. sentiment d’impuissance, culpabilité, anxiété);
  • des pertes significatives (ex. relations significatives, pertes d’emploi ou d’occasion d’emploi, de carrière ou d’études; APA; 2013).

ecommerce-1706105_1280Transactions en ligne

Cette catégorie regroupe les transactions en ligne, comme les enchères, les transactions boursières ou les achats en ligne. Cette forme de cyberdépendance peut amener l’individu à consacrer un nombre d’heures significatif à ces activités au détriment des autres activités présentes dans sa vie. L’individu peut également investir de grandes sommes d’argent, ce qui peut contribuer à engendrer des problèmes financiers., les jeux de hasard et les transactions en ligne (p. ex. enchères, transactions boursières, achats en ligne, etc.).

hands-coffee-smartphone-technology

Recherche d’informations

La recherche d’informations s’effectue habituellement par le biais de la navigation (surfing) sur Internet. Le cyberamassage consiste à amasser d’importantes quantités de contenus et d’informations en ligne. De grandes périodes de temps peuvent être allouées à la recherche d’informations en ligne, contribuant ainsi à une réduction de la productivité (au travail, dans les études, etc.), à une réduction du temps accordé aux autres tâches en général, à une surcharge de travail et à une hausse des facteurs de stress.


Tous droits réservés 2008-2016 © Marie-Anne Sergerie, Ph.D.

Advertisements